Le piano

thumb_le_pianiste_2

Le piano

J’étais passée à diverses reprises devant la maison d’où sortaient des sons de musique qui avaient attiré mon attention. Cette personne jouait du piano de façon sublime. La fenêtre était ouverte. Je m’étais arrêtée pour écouter la musique.
Elle était empreinte de sensibilité, et l’artiste me semblait-il avait du talent. J’étais subjuguée par sa façon de jouer, et prise d’une soudaine impulsion, je voulus savoir qui j’allais découvrir derrière la porte.

La maison qui formait un coin dans une rue adjacente bordée de maisons anciennes, où une main pendue à la porte d’entrée servait de heurtoir se trouvait dans un vieux quartier de la ville.
Je frappai et attendit le coeur battant que quelqu’un vienne ouvrir. Je n’attendais rien. Ou plutôt si, d’être surprise.
Une porte qui s’ouvre, un regard qui m’effleure. Je me sens déjà troublée.
Un homme dans la quarantaine  se trouvait devant moi, les tempes grisonnantes, le sourire aux lèvres. Des cheveux mi-longs, une tenue assez négligée mais propre. Je le trouvai bel homme.
Son regard était interrogateur. J’avais vraiment envie de rentrer.
Alors j’invoquai des informations sur le piano, un article à faire, et lui avouai que je l’avais entendu jouer depuis l’extérieur, et souhaitais quelques informations sur son travail.

La maison était accueillante, ce que je pouvais attendre d’un artiste. Des partitions jonchaient le sol, également éparpillées sur le dessus du grand piano. Mon regard s’attardait autour de moi. Je humais l’atmosphère fraîche qui y régnait. C’était le début de l’été.
Il s’était entre-temps remis au piano, m’avait servi à boire, et repris le morceau qu’il jouait. Il me disait qu’il préparait un concert et qu’il ne se sentait pas du tout prêt pour la date assez proche.

Il jouait le concerto pour piano de Rachmaninov, mon morceau préféré. Ses doigts agiles glissaient sur les touches un peu jaunies par le temps, et regardant au-delà de ses épaules, j’aperçus sur le mur d’en face, de merveilleux dessins japonais et chinois, ainsi que quelques dessins au crayon représentant un homme et une femme enlacés ou bien enroulés sur eux-mêmes dans l’acte d’amour.
Je me perdais dans ces coups de crayon, rêveuse, tout en écoutant les sons qui dans ce premier mouvement, allaient crescendo. C’était poignant, et l’interprète avait un talent incontestable.

Je m’approchai de lui, près de son dos. Il était habillé légèrement et je percevais sous la toile de lin, la peau de cet homme qui m’émouvait en ce moment.

J’étais là près d’un inconnu, et ni lui ni moi nous ne nous posions aucune question, attentifs à la minute présente, à l’instant qui passe.
Je voyais sa nuque, recourbée, tressautant par moment. Mes yeux rivés sur cette peau légèrement bronzée passaient d’une épaule à l’autre, longeaient ses bras, sa taille. J’essayais de deviner sous ses vêtements, sa peau si tentante.

Je me penchai, mes seins sous un haut de dentelle, généreux, frôlèrent son vêtement, et du bout de ma langue, très légèrement je pris les gouttes de sueur qui perlaient à la lumière.
Dès le premier regard, ses yeux d’un brun profond m’avaient captivée, sa stature imposante et bien enveloppée m’avait de suite attirée.
Il n’était pas rasé, mais bon cela ajoutait à ce charme un peu discret qui émanait de sa personne.

Une main droite s’arrêta sur une note, une blanche, temps suspendu, où tout est possible. Je le savais, mais je risquais.

Il pivota sur lui-même, et je crus, un bref instant qu’il allait me mettre dehors. Son regard profond et intense, brillant, plongea dans le mien, sans un mot.
Il me sourit, me détailla des pieds à la tête, laissant son attention un court instant s’arrêter sur mes vêtements légers, mon buste, ma taille, mes jambes, pour revenir tout aussi rapidement sur mon visage, avec toujours ces mêmes yeux un peu énigmatiques.

Il me prit la main, la posa sur ses yeux, sur sa bouche.
– Asseyez vous me dit-il, à côté de moi.

Ce que je fis. J’avais envie de lui parler, de mon projet, d’expliquer ma présence, mais au moment où j’allais prendre la parole, il m’intima l’ordre de ne rien dire, et se remit à jouer.

J’écoutais ce premier mouvement, et me laissais bercer par les notes qui m’emportaient, s’insinuaient en moi, me pénétraient dans chaque fibre du corps, comme dans une union charnelle.

Soudain, sa cuisse gauche se colla contre la mienne. Je tressaillis. Le contact était doux, troublant, étrange. Je n’osais pas bouger. Je constatais que ce contact me plaisait et que les mots étaient inutiles.

Ses mains maintenant courraient sur les touches et les notes défilaient de plus en plus rapidement. Je connaissais ce concerto par cœur, et en même temps je ressentais le doux émoi qui s’emparait de moi. Le romantisme de l’œuvre éclatait au grand jour, dans un éclatement de notes de plus en plus pathétiques.
J’étais envahie par la musique comme celui qui se trouvait à mes côtés, et mon cœur s’envolait avec le sien, transportés ensemble dans l’écriture lyrique du compositeur.
C’était maintenant l’envolée passionnée de la fin de ce premier mouvement.
J’observais le visage du pianiste ruisselant de sueur, et mon regard souhaitait captiver le sien, au rythme des notes.

Je levai les doigts vers son visage, et le tournai vers moi. Nos yeux s’accrochèrent l’un à l’autre dans une même vibration. Mon corps tremblait autant que le sien, chacun assoiffés de la même passion que celle émise par les notes de musique.

Lorsque les derniers sons tragiques et ultimes se firent entendre, et que le silence se fit, il mit ses deux mains autour de mon visage, se pencha vers moi, prit mes lèvres contre les siennes, et avec fougue m’embrassa. Il m’avait pris aux épaules et m’écrasait contre son torse. Sa langue fouillait avec insistance ma bouche, pour venir y chercher la mienne. Son baiser était passionné, et je me laissai aller avec délices à y répondre avec le même plaisir.

© Geneviève O – juillet 2006

Publicités

9 réactions sur “Le piano

    • Bon w.e. Claudie 🙂
      Je n’aurais pas osé y entrer. J’ai juste entendu la musique. Le reste est pure invention. Sauf pour les ressentis musicaux sur un de mes concertos pour piano préféré. Ouf fait moins chaud, je suis contente.
      Bisous 🙂

  1. Bonjour Geneviève, extrêmement bien écrit, juste l’érotisme du moment sublimé par la musique. Je te dis bravo pour ce texte que j’ai lu avec un grand plaisir. Bisous et bonne journée MTH PS: était-ce juste un moment suspendu dans le temps ou y aura-t-il une suite?

    • Bon presque midi Marie 😉
      Oui oui, un texte écrit voilà bien longtemps. Les faits de départ d’avoir entendu le piano joué juste dans la rue derrière le coin est véridique. Et puis comme j’étais dans une période très érotique et autres dans les écrits et la poésie, je viens de le mettre ici, parce que ce sont des textes auxquels je tiens beaucoup. Le reste c’est la vie exprimée avec des mots 🙂
      Juste un moment suspendu. J’aime beaucoup le concerto cité et les sentiments face aux notes c’est avec très peu de mots, c’est trop fort, ce que je ressens en l’écoutant. La musique et moi toute une histoire 🙂
      Ce matin promenade, il fait soif. Et puis là, je vais bientôt disparaître et rester bien tranquille 🙂
      Bon courage pour la chaleur. Bisous. Geneviève

C'est gentil d'y avoir pensé, merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s