Aujourd’hui que reste-t-il….

Sur base d’un petit défi à la Raymond Queneau, écrire sur le vif, un fait réel aujourd’hui, sur base des mots : que reste-t-il ?

réveil humour1
Que restent-ils de ces coups de téléphone, arnaques ou autres ? Aujourd’hui la blague fut bien bonne.

– Je vous appelle parce que nous avons rencontré des problèmes dans vos contrats d’assurances.

A force de recevoir de tels appels, la patience s’émousse. Et ce matin, la sonnerie retentit. Il était onze heures quarante-cinq. J’hésite à répondre croyant entendre la voix du robot.

– Allo, dis-je hésitante !
– C’est la maîtresse…….
Blanc, mon esprit tourne fou et pense : « De qui ? » (Ndlr : Pour moi la maîtresse, c’est l’amante, je suis Belge voyons 😉  )
– C’est la maîtresse de la petite Ch., votre mari est-il déjà parti ?
– Oui…… il devrait d’ailleurs déjà être là. Un problème de place de parking sans doute.

—–

Tout à l’heure, je riais de moi-même en y repensant de manière théâtre vaudeville et quiproquo. 🙂

Les mots

Les mots

Nous nous sommes rencontrés sous la plume, au sein d’une page blanche.

Les liés et déliés de nos langues respectives nous avaient fait découvrir que nos cœurs étaient à l’unisson mais nullement libres.

Tu m’as conquis par ta magie, je t’ai conquise par mon érotisme. Les mots se sont couchés, se sont enchevêtrés, et le Merveilleux nous a enveloppés dans son grand manteau mystérieux d’un amour, d’une amitié, de désirs fougueux.

Les auteurs de ces mots nous ont fait vivre de merveilleux moments, d’une profonde intensité, d’envolées passionnées vers des sons d’une mélodie si douce à nos oreilles.

Je me suis couchée sur la pureté de ce lit, et les lettres je les ai tendues vers toi, comme une bouche sensuelle pour mieux te prendre du bout des lèvres, avec cette gourmandise que tu connais. J’ai avalé les mots, l’alphabet, comme différents nectars exquis, je me suis caressée avec toutes ces ondulations qu’ils formaient.

Il y a eu les lettres, puis les mots. Les phrases ont suivi et nous ont attirés dans une danse lascive irrésistiblement l’un vers l’autre.

Tu as attiré la lettre A, celle de l’amour, et puis la lettre D, de désir, vers tes doigts habiles.

Moi j’ai cueilli la lettre A, comme toi, puis la lettre C, comme cœur, la lettre F comme folie, la lettre P, comme passion.

Nous les avons mélangées toutes ces lettres, nous nous en sommes habillés, mais elles n’ont pas suffit pour nous réchauffer des rigueurs de l’hiver, et de la flamme qui dangereusement s’approchait de la feuille.

La bougie qui brûlait près de la page était là pour éclairer les auteurs, les lettres, les mots et les phrases.

Mais devant les écrivains, les lettres ont commencé à s’entremêler, prises par des désirs soudains et inassouvis. Deux lettres A se sont fait face, se sont caressées, et se sont écroulées sur cette page prises par un tel vertige, de sensualité, de désir, et d’érotisme. Enroulées l’une dans l’autre elles n’ont plus formé qu’une seule lettre A dans l’union totale et fusionnelle.

C’est à ce moment là qu’un grand coup de vent faillit faire tomber la bougie sur la page remplie de phrases.

Finalement la plume resta en suspens au-dessus du texte inachevé, et se dirigea vers le pot d’encre, s’y plongea, pour continuer un récit qui n’a pas de fin.

Aujourd’hui l’un des auteurs n’écrira plus, son encrier personnel est tombé.

Il ne reste plus que la plume que je tiens dans la main, suspendue dans l’air, à la recherche des mots qui nous ont si souvent, fait tant de fois rêver ensemble, au-dessus de toutes les contingences de l’âme, de l’esprit et rien qu’à l’écoute du cœur.

Mais les écrits, peuvent devenir cruels devant la réalité de l’existence, qui elle ne fait pas de cadeaux, même si les mots et les phrases restent vrais, authentiques.

Les larmes coulent sur le papier, à la recherche, d’une boucle, d’un délié, ressemblant à la courbe de ton corps tant de fois imaginé, enroulé autour du mien.

L’union des lettres était une chose, mais l’esprit s’est emparé des mots et des phrases, le cœur les a accompagnés, et le tout est retourné à l’état du rêve et du fantasme, ce qui était le début de la page.

Les mots Cœur, Amour, Folie, Désir, et aussi Amitié font actuellement une grande sarabande dans le mot Vie.

Elles nous prennent réellement chacune séparément, et nous emportent vers d’autres horizons.

Toutefois, les souvenirs sont tellement beaux, respectueux, merveilleux, que la plume ne peut que se poser sur la page pour continuer seule à chanter l’amour et l’érotisme et tracer en ton nom de nouvelles notes, qui viendront s’ajouter au chant mélodieux que nous avions commencé ensemble et où l’amour pour les auteurs continuera et portera le nom : Amitié.

Alors de ma plume j’écris Amitié tu es, au nom de l’amour que je te porte.

© Geneviève. O (filamots – pétale 2006 autres pseudos sous lequel cet écrit a été publié.)

Source de l’image : http://antiblouz.blog.lemonde.fr/2006/06/

G. comme……


184f

G. comme …..

Si les lettres et les formes pouvaient ainsi
Dans la vie se rencontrer et vous séduire
Nous formerions alors un grand rond
Où nos corps enlacés, imbriqués et vagabonds

Nous emporteraient en rêve du cercle polaire
Au Triangle des Bermudes
Où nous pourrions y disparaître
Peut être ?

Entre ces lettres et rien que pour vous plaire
Nous nous élèverions sous toutes les latitudes
Où nous pourrions nous observer sous tous les angles
De bas en haut, avec effronterie,

N’y voyez là aucun parallèle
Avec un triangle isocèle amoureux
Vous qui me servez de modèle
Pour des échanges aussi langoureux.

J’ai froid venez donc me réchauffer
Au centre, là où le point G règne

© petale (2006-2014)

Sources de l’image : le net