Ce 23 mars quelques nouvelles

Bonjour à tous et toutes.

Depuis hier soir suis coincée au lit. Mon hernie discale donne à nouveau signe de vie et cette fois ci dans l’aine droite et la hanche. Je ne ne peux même plus plier mon dos vers le bas pour ramasser quelque chose. Conclusion, j’ai pris ce qu’il fallait au niveau médocs. Là c’est venu comme cela, en ayant regardé hier après-midi des replays d’un feuilleton que je suis (suivre) à la télé. J’ai voulu me lever pour m’en aller et c’est là que j’ai ressenti une vive douleur au niveau de l’appendicite. Bref, j’irai chez le toubib si je peux me déplacer. C’est super agaçant. Cela me contrarie, n’arrange pas mes plans personnels. Heureusement j’ai mon mari qui m’héberge gentiment. Je continue donc ma « cure » de repos 🙂

Je me demande ce que je ferais s’il n’était pas là pour m’aider ? Je me dois de lui reconnaître cela. Ce qui rassure.

Je vous écris depuis mon nouveau pc portable windows 10, allongée et le pc sur mes genoux. Ce pc n’est là que pour excel, word, et nullement pour traiter des images. Je n’ai d’ailleurs pas mes photos avec moi. Celles qui sont sur mon appareil, la carte sd est trop grande pour ce pc. Je devrai arranger cela plus tard.

A très bientôt. Bisous, Amitiés.

Geneviève.

Maurice Gouiran – L’hiver des enfants volés

 

L'hiver des enfants volés

Une mystérieuse disparition avec comme toile de fond l’époque de Franco

Lorsqu’un soir d’hiver 2013, Samia frappe à la porte de la Varune, Clovis se doute très vite qu’elle a besoin de son aide… Samia, Clovis l’a rencontrée en 82, alors qu’il était encore correspondant de guerre. Avec son ami François, ils avaient sorti la jeune Palestinienne des massacres de Sabra et Chatila… Depuis, elle lui a préféré François, mais Clovis n’avait jamais rien pu lui refuser. Et justement, François a disparu. Il a quitté sa paisible retraite du marais poitevin pour Barcelone afin d’enquêter sur deux accidents étranges… Depuis, plus de nouvelles ! Parti immédiatement à sa recherche, Clovis va, au cours de ses investigations, voir brutalement réapparaître le spectre des enfants volés aux familles républicaines par les franquistes. Un scandale et une véritable affaire d’État ayant perduré jusqu’au milieu des années 80. Mais que vient faire François dans cette histoire ? Lui qui semble avoir beaucoup dérangé lors de son enquête… Et qui de fil en aiguille, va faire ressurgir de son propre passé un autre drame effroyable…. Sypnosis de chez Amazon

CE QU’EN PENSE LA CRITIQUE

– « … Passionnant, caustique, subtile… Maurice Gouiran est un auteur engagé, mais surtout généreux et au talent vigoureux… » (L’Echo)

– PRIX COUP DE CŒUR BLUES & POLAR 2013
– PRIX LIVRESSE DE LIRE 2013
– PRIX SANG D’ENCRE DES LYCÉENS 2003 pour La nuit des bras cassés
– PRIX VIRTUEL DU POLAR 2006 pour Sous les pavés la rage (Sources : Amazon)

Mon avis :

Je n’ai pas lâché ce roman véritable enquête journalistique. Histoire noire faisant référence à des faits que j’ignorais pour l’Espagne et ayant même eu des répercussions jusque dans les Ardennes Belges au château de Wégimont c’est peu dire et m’incite à aller gratter plus loin. Depuis lors, j’ai pu voir un documentaire sur les maisons Lebensborn, où cette ville est également citée.

Une belle histoire d’amour, une longue quête d’identité par deux amis de longues dates. Le sujet est bien entendu ce qui c’est passé de ces enfants vendus au temps de Franco à des familles sympathisantes du régime de l’époque, afin que ces enfants continuent à être élevés dans cet esprit. Le voeu qu’avait eu Hitler. Et dire que cela existe encore de nos jours me fait frémir.

Ce n’est pas un livre que je pourrais citer de polars. Il est cependant d’une noirceur immonde et surtout des interventions humaines au nom d’une religion qui n’a strictement rien à voir là-dedans et prise comme prétexte pour la justification de tels actes.

Ce que les sœurs font subir aux mères discréditées par leur famille, ensuite mises en foyer n’est qu’un aspect légèrement abordé dans le livre. Hélas elles portent toutes en elle cette omerta, ce poids lourd pour celles qui survivent encore et ont pris la parole pour la seconde guerre mondiale et ceci c’est hors contexte du livre, mais le rejoint dans l’historique, de ces séparations que je comprends tellement bien. Une déchirure pour la mère et l’enfant.

A la dernière page, il y a une phrase que je n’ai pas comprise où il est question de « Madame ». (J’ai une petite idée, c’est tout).  Un excellent témoignage journalistique. Un plus, si le lecteur ou la lectrice a visité Barcelone. L’auteur nous promène dans cette ville du côté non touristique. Dans cette Espagne profonde de l’époque. De quoi rêver et aller sur les traces de ce livre et de ses protagonistes.

L’écriture est incisive.
J’ai dégusté l’humour de l’auteur, même si c’est acide, et il ne mâche pas ses mots vis à vis du catholicisme et de ce pouvoir qu’ils se confèrent m’a une fois de plus soulever les tripes.

Un merci tout spécial à Pierre Faverolle 🙂