Silent Sunday #78 – photo-du-jour

silentsunday

Publicités

Un dessert ? Que du plaisir

1. Crème pâtissière

 

La recette des oranais

Préparation
TEMPS TOTAL : 55 MIN
Préparation : 35 min
Cuisson : 20 min
1. Etape 1
Préparez votre crème pâtissière à l’avance de manière à ce qu’elle soit bien froide (personnellement, j’utilise les préparations en sachet tout aussi bonnes et rapides!).
2. Etape 2
Egouttez bien vos abricots.
3. Etape 3
Découpez 4 grands carrés de pâte feuilletée. Déposez un rectangle de crème pâtissière de manière à laisser 2 coins de pâte sans crème. Déposez 3 ou 4 oreillons d’abricots sur le crème pâtissière.
4. Etape 4
Repliez les 2 coins sans crème de la pâte sur les abricots de manière à former un losange.
5. Etape 5
Procédez de même avec les 3 autres carrés de pâte.
6. Etape 6
Badigeonnez vos oranais de jaune d’oeuf.
7. Etape 7
Enfournez 20 minutes à 180°C (thermostat 6).
8. Etape 8
Dégustez froid, tiède c’est délicieux.
Source : Le net.

Souffle

Cette statue : Berger à la flûte,  dans le Jardin Public à Bordeaux.

“Souffle, souffle, vent d’hiver ; tu n’es pas si cruel que l’ingratitude de l’homme.” William Shakespeare – Comme il vous plaira.

Au moment de mon passage, en plein après-midi, je n’ai pas pu prendre la statue de face, j’avais le soleil du mauvais côté et mon appareil ne permet pas de prendre en contre-jour. Avec mon argentique, c’était plus facile 🙂

“La pensée est plus qu’un droit, c’est le souffle même de l’homme.” Victor Hugo – Actes et paroles

Photo  prise en avril 2011 au jardin-public de Bordeaux

 

Bonnes fêtes de fin d’année 2017

J’espère que vous avez passé une douce journée de Noël ? Je pense aux personnes seules, hospitalisées, handicapées, sans-abri, et aussi aux joies passées seule, à deux, avec les proches, amis ou autres.

Le sapin n’était plus dans sa première fraîcheur 😉 Qu’importe la décoration rutilante y était et quel plaisir pour les yeux 🙂

J’étais en Belgique et l’arrivée à l’aéroport de Charleroi fut assez épique. Pas de visibilité. L’avions devait ainsi atterrir dans une purée de pois où en voyant enfin l’avion descendre lesdits nuages, il n’y avait guère de hauteur pour arriver sur le tarmac. Il volait doucement et c’était l’encombrement à l’atterrissage. J’ai vu passer le soleil à ma gauche au moins six fois, c’est dire comme l’avion tournait en rond.


Je sais des nuages, cela ne ressemble à rien pris ainsi en photo 😉 Ce qui était en-dessous c’était comme ça jusqu’à l’atterrissage….hum….je me répète….

Cela m’a permis d’au moins mettre deux photos, une de là-haut et une autre d’une partie du salon. Les travaux continuent et se terminent. Les verres de la fameuse porte de la chambre parentale seront tous pareils. C’est vraiment très très cher même pour du simple.

Bonne semaine à tous.


.

Photo du mois de décembre 2017 – #37 – Péché mignon

Ce mois ci c’est Angélique qui propose le sujet :

Péché mignon.
Un petit défaut auquel on ne peut résister. Une imperfection, un tic, une manie, un travers,
une gourmandise… qui peut avoir raison de nous. Mais que c’est bon l’imperfection !

 

J’avais eu envie de mettre mes bonbons ou pralines préférés. J’ai opté pour ce travers qui m’est venu en étant retraitée.
Toujours reporter à demain parce que j’ai le temps. 🙂 Procrastiner un travers ou prendre la vie du bon côté. Tout ne peut pas être reporté, disons ce qui n’est vraiment pas essentiel 🙂

 Qu’ont trouvé nos ami(e)s photographes pour ce thème très multiples 😉

Akaieric, Lyonelk, Jakline, Alban, Wolverine, écri’turbulente, Frédéric, Pat, Mirovinben, DelphineF,
Kellya, Tambour Major, Christophe, Morgane Byloos Photography, Cricriyom from Paris, Brindille, Lilousoleil, Giselle 43, Chiffons and Co, Betty,

Blogoth67, Gilsoub, Angélique, magda627, Danièle.B, Lau* des montagnes, Josette, François le Niçois, Mamysoren, Tataflo,
Carolyne, Ventsetvoyages, Alexinparis, El Padawan, Aude, Memories from anywhere, Eurydice, Krn, Sous mon arbre, Cara,

Magouille, Céline in Paris, Chat bleu, Amartia, BiGBuGS, Laurent Nicolas, Philisine Cave, La Tribu de Chacha, Bubble gones, Sandrin,
Who cares?, Gine, Marie-Paule, Renepaulhenry, Shandara, Josiane, Philae, Escribouillages, Nicky, Lavandine,

J’habite à Waterford, Lavandine83, Xoliv’, Pilisi.

Teuillac – Partie du lavoir

ORIGINE DU NOM : de l’anthroponyme latin Tulius. La terminologie en -ac de Teuillac laisse supposer une présence humaine dès l’époque gallo-romaine.

il est bordé par le ruisseau des Graves et par un petit d’étang ombragé où déambulent grenouilles et libellules. A moins de 500 m, on trouve un plus grand étang qui sert pour la pratique de la pêche.

Ce lieu est donc idéal pour une petite balade champêtre… avant d’assister au festival Celti Teuillac les 3 & 4 juillet !
Je n’ai pas trop osé m’approcher de cette petite pièce d’eau ni de l’autre. Je viens d’apprendre ce qui est écrit ci-dessus en cherchant sur internet.

C’était déjà il y a deux w.e., je m’étais rendue à une brocante en pleine campagne ce que j’aime beaucoup.

Ecrit le 10-03-2017. Je ne sais pour quelle raison j’avais laissé cet article en privé ? Pour y ajouter quelque chose ? Je ne sais plus.

RV – Reflets #1

En lisant cet article chez des amis, la famille Oth et Sév. j’apprends une nouvelle concernant Marc de Metz partit trop tôt.
L’idée provient Annie54, en hommage à Marc de Metz.
Toutes les explications sur le blog instants de vie 54

Photo prise dans mon quartier à Bordeaux. Quelque peu prise au dépourvu, je n’ai pas retrouvé la photo assez récente prise il n’y a pas très longtemps.

.

Bordeaux rive droite – Poesie – Jean de la Ville de Mirmont


I

Je suis né dans un port et depuis mon enfance
J’ai vu passer par là des pays bien divers.
Attentif à la brise et toujours en partance,
Mon cœur n’a jamais pris le chemin de la mer.

Je connais tous les noms des agrès et des mâts,
La nostalgie et les jurons des capitaines,
Le tonnage et le fret des vaisseaux qui reviennent
Et le sort des vaisseaux qui ne reviendront pas.

Je présume le temps qu’il fera dès l’aurore,
La vitesse du vent et l’orage certain,
Car mon âme est un peu celle des sémaphores,
Des balises, leurs sœurs, et des phares éteints.

Les ports ont un parfum dangereux pour les hommes
Et si mon cœur est faible et las devant l’effort,
S’il préfère dormir dans de lointains arômes,
Mon
Dieu, vous le vouliez, je suis né dans un port.

II

Par l’appel souriant de sa claire étendue
Et les feux agités de ses miroirs dansants,
La mer, magicienne éblouissante et nue,
Éveille aux grands espoirs les cœurs adolescents.

Pour tenter de la fuir leur effort est stérile ;
Les moins aventureux deviennent ses amants,
Et, dès lors, un regret éternel les exile,
Car l’on ne guérit point de ses embrassements.

C’est elle, la première, en ouvrant sa ceinture
D’écume, qui m’offrit son amour dangereux
Dont mon âme a gardé pour toujours la brûlure
Et dont j’ai conservé le reflet dans mes yeux.

V

Vaisseaux, nous vous aurons aimés en pure perte ;
Le dernier de vous tous est parti sur la mer.
Le couchant emporta tant de voiles ouvertes
Que ce port et mon cœur sont à jamais déserts.

La mer vous a rendus à votre destinée,
Au-delà du rivage où s’arrêtent nos pas.
Nous ne pouvions garder vos âmes enchaînées ;
Il vous faut des lointains que je ne connais pas.

Je suis de ceux dont les désirs sont sur la terre.
Le souffle qui vous grise emplit mon cœur d’effroi,
Mais votre appel, au fond des soirs, me désespère,
Car j’ai de grands départs inassouvis en moi.

Jean de La Ville de Mirmont (L’Horizon Chimérique)

Sources : Moteur de recherche

En connaître davantage sur ce Bordelais, poète trop tôt disparu voir ici :

ICI